AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Abel (au bois dormant ?)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Invité


Abel (au bois dormant ?) Empty
MessageSujet: Abel (au bois dormant ?)   Abel (au bois dormant ?) I_icon_minitimeMar 20 Sep - 18:21





    Prénom : Abel
    Nom : Dimiös
    Âge : 22 ans
    Orientation S : Sud, sud est… hum vous ne parlez pas de ça ?
    Type : 100% Pur Humain, Viande a 10% de matières grasses, garantie tendre et savoureuse !
    Alignement : Amical avec tous, envers et contre tout !





► Quelle définition feriez-vous de la beauté masculine ? Un visage fin, des lèvres discrètes, des cils fournit et un corps d’une minceur délicieuse ? Et bien dans ce cas vous ne trouverez pas Abel beau. Lui-même ne se qualifie pas ainsi d’ailleurs. Non, Abel est loin de ce qu’on appellerait un « canon », il n’est pas laid, non, mais il n’entre pas dans les critères de la beauté contemporaine.

Abel c’est avant tout une carrure, un peu plus haut que la moyenne, s’il n’est pas immense il reste indiscutablement grand. Cela se couple avec une largeur d’épaule plus que raisonnable, loin de la musculature fine ou discrète, le jeune homme est ouvertement massif ; c’est un roc, un mur derrière lequel on se sent en sécurité et devant lequel on peut se sentir en danger. Car oui, cette masse de muscle montée sur une ossature déjà épaisse fait que notre grec en impose face à la plupart de ses compatriotes. Mais, plus qu’un bodybuilder, Abel est surtout une force de la nature, sous ses vêtements ne se trouve pas le corps gonflé d’un culturiste, non, mais une musculature puissante, qui ne semble pas être dû à un abus de fonte. Non, si il arrive de croiser ce jeune dans des salles de sport, ce n’est pas là qu’il a obtenu son corps, mais bien dans son, lieu de vie : la rue.

Si, culminant du haut de son mètre 94 et bien capable de cacher plusieurs personnes derrière lui, Abel peut être effrayant, cette peur dure rarement longtemps – à moins qu’il soit en colère mais, ça, c’est une autre histoire – car c’est une jeune homme qui est… gentil. Il sourit sans problème, une courbe chaleureuse de ses lèvres pleines qui dévoile une dentition éclatante. Si elles sont massives, ses mains sont chaudes et rassurantes.

Son visage n’est pas effrayant, pas trop du moins. Le carré de sa mâchoire finit sur l’arrondit d’un menton assez doux, surplombé par ces lèvres qui ne demandent qu’à sourire, la pulpe de l’inférieur barré d’un anneau de métal mat. Elle est surplombée d’un nez droit à la racine proéminente très « profil grec » sans toutefois être disgracieux. Ses joues ont depuis longtemps perdues les rondeurs de l’enfance et son surplombée d’une paire de pommettes relativement discrètes. Au-dessus de celles-ci s’ouvre un regard doux, mariage de deux prunelles d’un vert d’eau très pâle dans une paire d’yeux en amande. Ce n’est pas un regard qui vous transperce ou qui vous glace, pas un regard qui fait galoper votre cœur, non, le regard d’Abel est celui, rassurant, d’un grand frère. Il ne vous juge pas, il ne vous évalue pas : il vous rassure.

Au-dessus de ces deux iris amicaux, se trouve une paire de sourcils relativement épais, le droit percé à son extrémité de deux anneaux semblable à celui qui entoure l’une de ses lèvres. Ses oreilles elles aussi sont couvertes de piercings et de chaînettes, cinq de chaque côté, ses lobes portant souvent de petit écarteur. Il est rare que les cheveux châtains du jeune homme cachent ce métal incrusté dans sa chaire, rabattu en arrière par de fréquent geste des mains, ses mèches fines et légères se défont en permanence sans qu’il puisse rien y faire. Contrairement à beaucoup de jeunes de son âge, Abel ne s’est pas décoloré les cheveux, ces derniers, extrêmement fins et doux, glissent entre les doigts comme une cascade de velours et il n’est pas rare que ses amis s’amuse à le décoiffer… quand ils sont assez grand pour passer leurs mains au-dessus de sa tête.

Ce corps massif surmonté de sa tête de nounours, est généralement vêtu dans un style assez « Punk » a tendance « Grunge ». Il reste la plupart du temps dans des ton gris, vert et noir, avec parfois un peu de brun ou de bleu. Il est rare de le voir dans une tenue qui semble « neuve » tous ses vêtement ont plus ou moins vécus, on leur trouve des traces de brûlure, de raccommodages, des déchirures et parfois même quelques Graph laissé là par des amis. Il n’est pas rare que ses vêtements soit ainsi « customisés » que ce soit par ses amis ou - plus rarement - lui-même. Des croix au marqueur ou au scotch noir, des pics de force vissé çà et là, des chaînettes fixé dans le tissus ou le cuir. Non, vous ne risquez pas de voir Abel vêtu avec classe et volupté… pas sans le forcer du moins.
Il a tendance à préférer les vêtements larges, ce qui met en général sa carrure en valeur, on le voit rarement sortir sans un épais manteau, un blouson de cuir ou une veste – sauf jour de chaleur – et s’il lui arrive de passer en mode « tong » durant l’été, ce n’est qu’avec regret qu’il quitte ses rangers et ses bottes de cuir.






► Si les canons de la beauté reste assez « souples » et si le physique d’Abel peut rester agréable. Son mental lui peut être clairement définit à l’aide d’un seul et unique mot : stupide.

Ce jeune homme est profondément et indéniablement idiot. Il n’y a pas d’autre mot pour parler de cela, il a un crâne vide, une tête pleine d’eau et on est pratiquement sur que si on regarde par le trou d’une oreille on verra la lumière entré par celle de l’autre côté ! Sérieusement, certain se demande comment notre grec a fait pour survivre jusqu’à maintenant – quoique cela soit probablement dut au fait qu’au vus de son physique, personne n’ai envie de profiter de sa naïveté.

L’âge mental d’Abel ne doit pas dépasser les 12 ans. Il réagit donc souvent aux évènements de manière… inattendue. Attention, si il est idiot, il n’est pas complétement ignorant et il lui arrive parfois de faire preuve d’éclaire de lucidité surprenant – ce qui fait pensée a certaine personne que notre jeune homme ne ferais, en réalité, que jouer les imbéciles. Mais cela reste encore à prouver. Ne vous attendez donc pas à avoir avec lui des discutions étonnement profonde ou encore à le faire participer à de grande réflexion sur les secret de l’univers. Vous risquez de le larguer dès le premier mot de plus de quatre syllabes.

Suivre ses réflexions peux s’avérer tout aussi ardu pour vous que pour lui de suivre les autres – avis a ceux qui ont déjà essayer de comprendre une histoire raconté par un enfant… - donc user de mot simple et dans des phrase usant au possible d’une syntaxe allégée. Dans le cas contraire… préparer vous à devoir répéter.

A côté de cette stupidité profonde – ou peut-être grâce à elle - Abel est une personne profondément gentille et ce avec tout le monde et sans discrimination, que ce soit envers les hybride ou envers les humains. Ce n’est pas qu’il y ai réfléchis ou quoi que ce soit, c’est juste qu’au contraire, il n’a pas chercher de raison de discriminer les uns ou les autres, pour lui, avoir des oreille de chien est tout à fait normal et une queue de chat ne rend pas inhumain pour autant.
Si cette bonté d’âme pourrait faire penser le contraire, il faut savoir qu’Abel n’a rien contre la violence, au contraire, à ses yeux, c’est un jeu. Mais, ce qu’il ne supporte pas, ce sont les tricheurs. S’attaquer à une personne plus faible, ou encore se mettre en groupe pour attaquer une personne isolée sont à ses yeux des actes impardonnables qu’il s’empressera de corriger en offrant au fautif une petite « partie » gratuite de ce jeu avec lui.

Car, oui, il arrive à cette grosse peluche de se mettre en colère. Et, tout comme les rages d’enfant, Abel est horriblement compliqué à calmer. Il ne devient pas méchant, la méchanceté c’est de faire du mal dans le seul but d’en faire, non, Abel devient juste incontrôlable. Dans le cas d’un enfant, cette colère peut être contenu par le force des adulte… mais Abel n’est pas un enfant, et rare sont ceux qui sont capable de bloquer l’ours en peluche quand il devient un véritable grizzli. Dans ces cas-là, mieux vaut ne pas se trouver sur le chemin du jeune homme.

Rare sont cependant les choses qui sont capable de le mettre dans un tel état et ce n’est surement pas en s’en prenant à lui que vous allez arriver à le transformer ainsi, prenant tout au jeu, il risque juste de vous rendre à l’exacte ce que vous lui faite.





► Abel est un enfant de la Rue. Ses parents étaient gentils, il n'a pas été battu, ils n'étaient pas alcooliques et très aimant et, malgré le fait qu'ils soient à l'origine Grecs, ils s'étaient très bien intégré à la société japonaise. Son enfance est heureuse en soit. Si sa famille n'avait pas beaucoup d'argent, il n'a cependant jamais manqué de rien - si ce n'est une bonne de dose de jugeote.

Ce ne se passait pas aussi bien à l'école, car tant ses profs que ses petits camarades ont vite remarqué que le jeune grec ne comprenait pas aussi bien que les autres dans la plupart des matières. Je dis « la plupart » car il y a bien une exception. C'est une étrange chose mais ceux que la majorité qualifie d'idiot ont toujours un domaine au moins dans lequel ils brillent sans peine. Dans le cas d'Abel, c'était le sport. Plus grand que les autres dès son plus jeune âge, il avait toujours été le meilleur, celui qui tout le monde voulait dans son équipe, celui que tout le monde craignait de croiser dans les sport de combat. Ces capacités physiques avaient permis au petit garçon qu'il était de s'intégrer tant bien que mal dans le système éducatif, se faisant des amis qui l'acceptaient tel qui l'était sans profiter de sa naïveté - ou si peu.

Mais ses meilleurs amis, il ne les trouva pas dans les salles de classe, si sur les terrains de sport... non, il les trouva dans la rue. Là, il était un gosse désoeuvré comme les autres. Ses deux parents travaillaient et rentraient tard le soir, Abel passait donc la plupart de ses soirées à trainer dans le quartier où il vivait. Les gars du coin comprirent vite que ce garçon-là ne se laisserait pas avoir comme les autres avec des promesses d'argent et de filles - ces deux sujets lui passant totalement au-dessus de la tête - ils lui enseignèrent donc la bagarre comme on enseigne un jeu. Ils lui apprirent comment gagner, ce que cela coutait de perdre etcetera.

Le combat devint un jeu. Abel jouait... et gagnait. Très vite, le gentil petit idiot compris qu'il était très fort à ce jeu-là etcela devint un de ses jeux préférés : il devint encore meilleur dans les sport de combat que l'on pratiquait à l'école et, dans la rue, c'était un champion. Si, au début, il perdait contre ses ainés, il surpassa bien vite cette difficulté et, à treize ans, il tenait le haut du pavé dans son quartier. Mais ses parents n'aimaient pas ça. Et, en entrant au collège - car oui, il avait redoublé deux classes déjà - il diminua ses activités « extra-scolaires » sans pour autant les arrêter, car s'il arrêtait de se battre sans arrêt, il avait tout de même comprit que, désormais qu'il était devenu le « bosse » de cette zone, il devait le « protéger », sans quoi ses partenaires de jeux en payeraient le prix.

Si son père accepta ce compromis, mais sa mère était toujours paniquée à l'idée de voir son fils de quatorze ans se battre ainsi, surtout que ses adversaires avaient souvent deux ou trois ans de plus que lui. Au collège, il ne redoubla pas de classe, les profs le craignant à cause du style « rebelle » qu'il adoptait de plus en plus - il commençait à s'habiller de façon punk - ne percevait pas la gentillesse de ce grand colosse et ne voulait pas le garder plus d'une année dans leur classe. Il arriva donc au Lycée sans encombre - ce qui rassura fortement sa mère, qui ne se doutait de rien. Mais, dans ce nouvel échelon du cycle éducatif, les problèmes sérieux se posèrent.

Abel avait toujours été une force de la nature, mais, dans le cas présent, il se retrouvait face à des vrais durs, des mecs qui pratiquaient des sports de combat depuis leur plus jeune âge, d'autre qui n'hésitaient pas à sortir un couteau, une batte ou bien à se mettre à dix ou quinze pour laminer un mec. C'est à cette époque que le jeune homme fit son premier séjour à l'hôpital, un couteau lui avait transpercé le bras lors d'une rixe.
Evidemment, il respecta la première règle de la bagarre : on ne balance pas. Ils inventèrent donc une histoire de vitre brisée et d'accident qui passa à merveille, les médecins du coin ayant l'habitude de ne pas poser de question et de ne pas chercher à savoir si les explications étaient plausibles ou non. Si cela n'avait été que lui qui avait dit se faire recoudre, Abel n'aurais pas donné suite à cette histoire, mais la bande qui avait utilisé des lames, avait frappé deux de ses amis aussi. C'est à cause de cela que le jeune homme si gentil se mit à faire respecter son idée personnelle du « règlement de la bagarre ». En sortant de l'hôpital, il partitemprunter une batte à l'un de ses amis du club de Base Ball... huit personnes furent envoyées à l'hôpital à cause de cela. Les bousculades dans l'escalier c'est si... courant.

Malheureusement, cela marqua le début d'une escalade de la violence et, alors qu'il s'apprêtait à entrer pour son année de première redoublée, il dut "déménager". Enfin, c'est ce qu'il dira mais, en réalité, il a fugué. Prévenant ses parents d'une lettre bourrée de fautes d'orthographe, il leur a expliqué de ne pas prévenir la police, de ne pas prévenir ses amis ni même de le chercher. En guise d'explication il a juste dit que les combats risquaient de se répandre jusqu'à chez lui - un de ses amis lui avait fait la dictée- Ses parents le crurent. Quand votre fils a passé, en trois ans, 4 séjours à l'hôpital et que c'est un de ceux qui en à le moins fait parmi ses amis, on se rend compte que le danger est bien réel.

Abel, tout comme les autres « chefs » de la bande partirent vivre ailleurs. Enchaînant les petits boulots, les jeunes gens se séparèrent lentement, certain se faisant reprendre par la police - leur parent n'ayant pas respecté leur veux - d'autre se trouvant un travail plus sérieux, a long terme, d'autre encore entrant dans des gangs locaux.

Durant cette longue période d'errance, Abel fut de nombreuses rencontre, amicales ou pas. Il découvrit le monde, devint plus « mature » malgré le fait qu'il soit idiot. Il prit conscience de ce fait, peut-être parce qu'il le devant moins - ou simplement parce qu'il se l'était trop entendu dire par les autres. Six ans, c'est long seul, il a dû se raser, changer de garde-robe car il continuait de grandir, se battre, vivre dans la rue plus qu'il ne l'avait jamais fait et trouver de quoi subvenir à ses besoins sans l'aide de ses parents. Ceux qui le connaissent un peu se demande souvent comment il a survécu tout ce temps tout seul mais, quand on lui demande, il dit simplement qu'il n'était pas seul, avec un grand sourire.

* * *
Cela fait moins d’une semaine qu’il a débarqué dans cette ville, pour l’instant, notre grand dadais n’a ni maison, ni travail et encore moins d’amis. Arrivé le sac en bandoulière, un épais blouson sur le dos, ses pieds alourdit d’une paire de rangers coquées. Le jeune homme a décidé de se poser ici pour quelque temps. Ses économies, faites dans la précédente ville où il a habité, sont presque épuisées et il faut qu’il trouve un travail avant de repartir.
Combien de temps restera-t-il ? Un jour, un mois, un an… dix ans ? Ca mes amis dieu seul le…

« Une boutique de Ramen ! MIAM ! »




Ton âge : 19 ans et toutes mes dents !
Tu penses quoi du fow : Bonne première impression ! L’admin à l’air génial !
Comment as-tu découvert le forum : Une vache m’a indiqué le chemin en regardant passer les trains entre deux parts d’omelette =D
Le code du règlement : Non, on parle d'omelette aussi ! D: @_@ ... on peux pas dire "un grand étalon" ? //AUTOBUS//

Revenir en haut Aller en bas
Mason Shaw
Mason Shaw
Admin

Messages : 932
Date d'inscription : 28/06/2011
Age : 25

Feuille de personnage
Maître/Hybride de: Milka.
Côté coeur:
La rumeur:

Abel (au bois dormant ?) Empty
MessageSujet: Re: Abel (au bois dormant ?)   Abel (au bois dormant ?) I_icon_minitimeMar 20 Sep - 19:35




    Par ce que Abel a la classe ! Un grand benet avec tout plein de muscle.
    Aucune raison de ne pas le valider d'autant plus que tu as corrigé les fautes. *patpat*

    Te voilà à présent dans la grande famille de Kichi Town ! Maintenant obligé de participer aux repas de fêtes, d'anniversaires, tu vas rapidement plus nous supporter. \o/ Pour, alors, rester le plus longtemps, tu peux d'or et déjà poser correctement tes bagages. Mais pas près de l'écurie, le petit poney de la mer laisse une odeur désagréable avec ses algues... enfin, j'dit ça, c'pour toi hein. .o.

Dès ton arrivée, tu peux !

    ► Aller poster ici pour pas qu'on te pique ton avatar et pour être le seul à l'avoir ! C'classe hein ? =D. C'est aussi pour faire plaisir aux admins's, mais... chut. e3e; IWI

    ► Tu viens d'arriver et pour jouer, il te faut un humain ou une bêbête à poils ? Tu vas te sentir seul ? C'est ici qu'il faut aller ! IWI

    ► Humain ou rebelle, il te faut un toit. C'est ici qu'il se demande ; IWI

    ► N'ais pas peur de te perdre avec tes futurs amis. Tu peux très bien constituer une fiche de relation si l'envie t'en prends, par ici. Pour les codes, tu peux te servir de ceux mis à disposition par le staff, demander à un membre ou encore les faire toi même comme un grand °-° ; IWI


Et surtout ! Bon jeu owo

Revenir en haut Aller en bas
 

Abel (au bois dormant ?)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Havre - Avenue du Bois-au-Coq (et rue)
» La coopérative d'Isigny-Sainte-Mère chauffe au bois
» Cendre de bois
» sciure de bois
» Les poêles à bois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ▬ ADMINISTRATION ▬ :: 2# étape :: Fiches des Humains :: Archives des fiches-