AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Connue ou Inconnue ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Connue ou Inconnue ?   Mer 9 Nov - 18:12

C'était une fin d'après midi. Ai était sortie prendre un peu l'air, et peut-être admirer le coucher de soleil entre les bâtiments, ou derrière. Enfin, une petite ballade ne changerait rien, rien à ce qui lui arrivait.
Elle connaissait tout le monde, enfin tous ceux qu'elle connaissait déjà avant, mais eux ne la reconnaissaient pas. Et pas une trace de ses parents ou de sa soeur. Envolés, pffuiit, comme ça !
Bref, elle pensait qu'un ballade dans le parc allait lui changer les idées, au moins pour un petit moment.
Elle passa la grille et se dirigea vers un banc sur lequel elle allait souvent. D'ici, elle pouvait voir le coucher de soleil derrière des imposants bâtiments de la ville. Certes, ce n'était pas celui que l'on voyait à la plage, lorsqu'il se couche dans la mer, mais bon. On fait avec ce qu'on a. Elle s'installa donc.
Plongée dans ses pensées, elle s'assoupit, avant de se réveiller un quart d'heure plus tard. Coucher de soleil raté, tant pis.
La jeune fille se releva et se mit à errer dans le parc. Que pouvait-elle bien faire d'autre ? Elle se retrouvait seule, et surtout perdue. C'était à n'y rien comprendre. Fatiguée de tourner en rond dans ses pensées, elle s'assit sur un autre banc.
Elle se mit à observer les passants, qui se faisaient rares à cette heure. Elle vit passer un gros moustachu qui promenait son chien. Il avait du mal à suivre le rythme de l'animal, d'ailleurs. Ca l'agaçait au plus haut point, car il n'arrêtait pas de soupirer et de râler après lui. Derrière venait une jeune femme qui prenait un raccourci pour rentrer de son travail. D'un pas déterminé, elle avançait, pressée de retrouver sa famille.
Après vint un petit garçon, nullement perdu. Et complèteùent parano. Il regardait tout le monde comme s'il allait se faire tuer. Il regarda Ai comme si elle était anorexique, ou une bête de foire. Méfiant. Hautain. Car on voyait aussi une certaine "supériorité" dans ses yeux. Supériorité, qui n'était qu'imaginée. C'était sans doute un frêle garçon trouillard, au fond.
La jeune fille, solitaire sur son banc, regardait ainsi les gens passer. Elle pouvait bien dire ce qu'elle voyait sur leurs visages, ce qu'elle y devinait, mais personne ne l'entendait. Personne ne comprenait. Elle avait juste l'air un peu bête à articuler sans rien dire.

Enfin, elle vit passer une jeune fille qui avait les cheveux roses... Ai ouvrit de grands yeux; elle la connaissait. Sans réfléchir, elle se leva en faisant un signe de la main... Avant de se souvenir que personne ne la reconnaissait. Gênée en remarquant qu'elle n'était pas reconnue, Ai sortit son carnet (indispensable), son stylo (sans quoi carnet inutile) et nota quelques mots.



Excusez-moi, je vous ai prise pour quelqu'un d'autre.
Piètre excuse, c'est bien vrai. Mais la jeunne fille n'avait rien d'autre. C'était aussi l'excuse la plus crédible. Imaginez! Si elle racontait toute cette histoire...
Ai sourit à celle qu'elle pensait connaître, même si elle éait certaine qu'elle ne la reconnaissait pas. Elle referma son carnet et y accrocha son stylo avant de faire demi-tour et de repartir à pas lents vers son banc, légèrement déçue. Elle avait beau remarquer que personne ne la reconnaissait, au fond d'elle, elle espérait toujours. Elle se sentais déjà assez bête de confondre tout le monde. Ou plutôt de connaître tout le monde.
Elle s'assit et fit mine de s'intéresser à autre chose, tout en espérant secrètement qu'elle serait rejointe.
Finalement, la balade dans le parc ne lui avait pas changé les idées, elle n'avait fait que les intensifier. Elle aurait tellement aimé pouvoir parler aux gens comme avant...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Connue ou Inconnue ?   Dim 13 Nov - 21:51


    Once upon a time ...
On dit que toutes les légendes commencent ainsi, comme si c'était immuable, obligatoire, un passage totalement imposé. Le livre que je venais de claquer en le refermant ne faisait pas exception, prouvant encore cette règle pourtant jamais écrite. Une histoire parmi tant d'autre venait de se terminer, mise dans ce carnet vert, peut-être même déjà oublié pour certains, en même temps, le contenu en lui même n'était pas réellement passionnant. Une légende, un héros, une princesse, un "méchant" machiavélique, bref, les stéréotypes qu'on retrouve dans ce genre d'histoire. Mais ça ne m'empêchait pas d'en avoir lu la totalité, parce qu'à la fin, les classiques sont ce qui restera jusqu'au bout, quoi qu'on en pense. C'est ainsi qu'en quête d'un endroit où se poser pour mieux apprécier cette piètre lecture que j'avais atterrie sur ce banc, dans le parc au nord de la ville. Un bel endroit calme où il faisait bien de s'arrêter de temps en temps, autant pour prendre un bol d'air au milieu des arbres que pour s'arrêter et observer le coucher de soleil. En l’occurrence, j'ai profité des deux, en résulta alors un moment reposant, ce que je voulais, tiens. Juste oublier un peu les autres pour plonger dans sa propre bulle, remettre tout en place pour ressortir comme j'étais habituellement, souriante et sans complexes. Enfin, ça, ça reste la façade, mh. Et le temps était si vite passé cette après-midi que, avant d'être arrivée à la fin de l'ouvrage, je n'avais pas remarqué que le soleil était si bas. Observant le couché de soleil embelli -ou caché, selon les points de vue- par les immeubles en contre-jour, je m'étais laissée aller, les genoux remontés contre ma poitrine, toujours assise sur ce banc vert bouteille. Toutes les couleurs se mariaient si bien, c'en était époustouflant. J'avais toujours adoré les fins et débuts de journée, sûrement parce qu'ils annonçaient un nouveau commencement, quoi qu'en fait, je n'en savais rien. C'était comme ça, point.
Me relevant une fois le spectacle fini, livre sous le bras, je marchais d'un pas vif mais toujours léger vers mon appartement, un peu plus loin. Mes pensées ce dirigeaient déjà vers ce que j'allais manger ce soir, ou plutôt commander -je ne pensais franchement pas avoir la foi de cuisiner-, mais aussi à quel vernis j'allais mettre. Ah, ben oui, nous sommes dimanche et c'est le soir où il faut le renouveler. Là aussi, rituel immuable. Réfléchissant déjà au fait que le rose clair était bien mais trop souvent utilisé au profit du lilas, c'est en sursautant que cette jeune fille attira mon attention. En même temps, en bougeant ainsi, impossible de la louper, et d'ailleurs, qui saluait-elle ? En réflexe totalement normal, je regardais autour de moi pour identifier la personne accostée. Aha. Il n'y avait personne d'autre. Retournant mon attention sur elle, je détaillais ses traits sans manières de mes grands yeux noirs, dressant mentalement son portrait. Des cheveux noirs, un teint pâle, d'étranges yeux rouges ... Non, elle ne me disait presque rien. Presque, oui, parce que j'ai tendance à oublier les passants, elle pourrait très bien être une de ces personnes qui vient régulièrement dans ma rue. Sans hésiter, je lui ai souri, simplement. Parce qu'un sourire vaux bien plus que les mots, d'autant plus que je ne savais pas encore ce qu'elle me voulait. Jusqu'à ... jusqu'à ce qu'elle sorte un carnet et un stylo. Je m'attendais à ce qu'elle me montre des textes, des images, mais à la place, elle griffonna un texte. Un simple texte d'un seule phrase. "Excusez-moi, je vous ai prise pour quelqu'un d'autre." Elle ... Elle ne parlait pas ? Des souvenirs remontèrent rapidement, bien trop vite, alors que j'avais tout fait -jusqu'à venir ici- pour les oublier. Les murs blancs, les blouses blanches, cet endroit si pur de par sa couleur que tout le monde appelle communément "hôpital", sans rien dire de plus, sans même faire mentalement un hommage à tout ce que fait ce lieu. Là-bas, j'avais bien rencontrer des personnes extraordinaires, mais c'était loin, loin d'ici, aux États-Unis. J'aurai voulu les garder à jamais en moi pour me rappeler combien ceux qui m'avait côtoyer m'avait redonner espoir, combien j'ai pu compter sur eux. Mais si j'était venue ici, c'était pour oublier, pour ne plus sentir ces regards, pour prendre un nouveau départ. Mais, je ne pouvais pas la laisser partir comme ça, non ? Et ... et si elle avait bien été là-bas, avec moi ? Je ne me rappelait plus. Trop... confus, pour tout de suite, maintenant. Ca ne m'a pourtant pas empêcher de la suivre, de m’asseoir sans bruit à ses côtés, et à attendre, gênée, dans le silence, alors que mes souvenirs se battaient contre mon oubli imposé. Allons, June, est-ce que ça importe vraiment, qu'elle vienne elle aussi de là-bas, ou non ?
    Tu es toute excusée.
Sourire. Détendre l’atmosphère, oui, la contaminer et en faire aussi apparaître chez elle.
    Je ... Je ne sais plus si je te connais.
Oui, un tutoiement, comme ça. De toutes manières, ce n'est pas comme si je vouvoyais beaucoup de personnes, mais ici, je voulais une ambiance légère, amicale. Sûrement parce que j'avais peur de recroiser mon passé ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Connue ou Inconnue ?   Mar 15 Nov - 19:58


( Avec le carnet pour les paroles, ça fait vachement long >.< Au pire si ça te gêne je pourrai les mettre en spoiler )
Miracle .
Après quelques instants et un échange de sourires, Elle s'était assise à côté d'Ai. était-ce parce qu'en réalité, elle la reconnaissait, ou simplement parce que son caractère était ainsi de nature ? Ai se souvenait d'elle comme d'une personne très sympathique. Ce devait sans doute être ça. Enfin ...

Tu es toute excusée.

Elle sourit. Sans réfléchir, Ai lui rendit son éclatant sourire plein de sympathie. Sourire qui fit penser à Ai qu'elle n'avait pas encore osé penser le prénom de cette fameuse personne qui l'avait oubliée.
Comment l'oublier ? Son caractère se définissait par son nom. Par son mois.

Je ... Je ne sais plus si je te connais.

Son mois, donc, le mois de ...
Attendez, elle AVOUAIT qu'elle connaissait peut-être Ai, mais qu'elle l'aurait oubliée ? Une lueur d'espoir naquit en celle-ci. Petit à petit, on perd espoir. Quand on se retrouve seul du jour en lendemain, on désespère vite. Une phrase, et quelques mots arrivèrent à lui redonner cet espoir dont elle avait tant besoin. Et puis, sans preuve d'identité, elle ne pouvait pas quitter le pays, ne pouvait aller nulle part. Elle ne pouvait que rester chez elle, dans sa petite ville, de tenter de retrouver ses parents à distance et de ne pas se faire prendre par la police. Quoique... Ils pourraient bien faire ce qu'ils appelles une "reconnaissance faciale". Mais pour ça il fallait déjà qu'elle se trouve dans leurs fichiers. Breef, je m'écarte.
La lueur d'espoir, donc, donna une soudaine envie de renouer avec cette "connaissance".
June.




C'est pas bien grave, je commence à avoir l'habitude.

"C'est pas bien grave, je commence à avoir l'habitude"...! Mais qu'est-ce qui lui avait pris ? Elle avait besoin de parler, de confier ça à quelqu'un qu'elle connaissait. Seulement il n'y avait plus personne. Alors elle se jette sur la première personne qu'elle croise ? Maintenant, elle allait se demander c'était quoi cette histoire. Mais bon. On fait ce qu'on peut avec ce qu'on a ...
Presque excitée de re-découvrir quelqu'un qu'elle connaît comme si c'était une première fois (ce qui était vrai, en un sens ~), elle montra son carnet à sa voisine de banc, afin qu'elle voie ce qu'elle y avait écrit, attendit quelques secondes le temps qu'elle le lise, le comprenne (s'en imprègne), et elle continua sur sa lancée.




C'est pas bien grave, je commence à avoir l'habitude.

Mon nom c'est Ai. Comme ce que tu dis quand tu as mal ~

Échange de sourire. Détendre l'atmosphère, et oublier surtout. Que tout soit simple, sympathique, mais surtout pas gênant. Il la fallait, pour le bien d'Ai. Pour leur bien à toutes les deux. C'était aussi bien comme ça.
A présent, la jeune fille muette se doutait que sa phrase ne resterait pas sans réponse. June allait donner son nom, seulement elle le savait déjà. Devait-elle le lui dire ? Après maintes réflexions, elle se dit qu'il ne vaudrait mieux pas. Elle aurait l'air très bizarre, de connaître le nom des gens sans les connaître. Elle se tut. Ou plutôt arrêta son style avant d'écrire une phrase de trop. Elle releva la tête et prêta son carnet à sa voisine de banc, dans un sourire qui se voulait simple et timide. Qui ne l'était pas forcément d'ailleurs, car elle n'avait pas l'habitude de sourire...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Connue ou Inconnue ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Connue ou Inconnue ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» musique normande
» C'est qui ? Une photo connue.
» Annie Lemoine.
» MISS.TIC – Le mystère féminin
» MUSIQUE – Les artistes italiens de la dernière décennie à connaître

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: RPS NON FINIS-