AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tu risques ce que tu risques...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Tu risques ce que tu risques...    Dim 3 Juin - 13:17

Comment ça elle devrait être à l'animalerie? Ben oui, mais elle y est pas, c'est balot. Pourquoi? Ben parce qu'elle a réussie à s'échapper tout bêtement. Anju a, comme à son habitude une ombrelle noire pour ses yeux fragiles de vampire, -ou d'hybride, comme vous voulez-. Elle portait, toujours comme à son habitude un uniforme d'école avec de part et d'autre de ses frêles épaules un noeud noir et fin noué délicatement. Ayant faim, la jeune fille était adossée à une vitrine d'un magasin quelconque, elle se sentait faible, mais rien que de prendre l'air de dehors lui donnait une certaine force. Malgré cela, il y avait eux, ces humains se baladant devant elle et ne se rendant peut-être pas compte qu'Anju était une hybride chauve-souris. L'odeur du sang venait gêner la jeune Anju, ayant faim, elle aurait bien voulue dégainer ses crocs et prendre tout le sang qu'elle voulait, mais devant tous ces gens... Ils y en aurait au moins un qui la verrait et irait obligatoirement appeller une animalerie, or c'est tous sauf ce que voulait Anju. Puis se tournant vers la sortie de la rue commerçante, elle faillit se sentir soulagée, mais il était là, trop près d'elle, si tu t'approches encore d'elle, tu risques ce que tu risques toi, le jeune homme blond se tenant devant Anju. Tu es plus grand qu'elle, mais elle sent ses canines vouloir trancher ta peau, cette tentation si visieuse et si douloureuse. Tu n'as pas l'air de comprendre ce que tu risques avec elle, qu'importe, ici il n'y a plus beaucoup de monde, elle peut donc te mordre sans problème, mais elle attend quelque peu, qui sait, tu vas peut-être partir et cette sensation se tordant dans sa poitrine va disparaître? Son coeur bat à tout rompre, sa respiration s'accélère, de temps en temps sa pupille ne devient qu'une feinte comme les émeraudes d'un chat, mais un clignement de yeux fais disparaître cette pupille changeante du tout au tout, mais toi, as-tu tout vue? Ou bien n'y as-tu tout simplement pas fais attention? Elle ne le sait pas, pour l'instant, elle essaye simplement de se contrôler.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Tu risques ce que tu risques...    Ven 8 Juin - 18:56


Bad Mood Goes With Money.


The Evil Prince feat The Little Vampire.

............................................................................................................


Comme assis sur ton trône, le prince était fièrement installé sur sa chaise de salle à manger. Malheureusement pour ton entourage, tu t'étais réveillé de très mauvaise humeur. Déjà que tu es insupportable lorsque tu te réveilles de bons pieds, alors dans des moments comme ça, tous tes domestiques t'évitent ce qui n'arrangent pas ton irritation. Dans cette grande salle au mur blanc, tu tapotais nerveusement ton crayon contre une surface rosé. Un superbe granite rose moucheté de blanc tel la neige éphémère, noir comme le charbon des mines et gris comme le petit rougeur si nuisible. Oh que le monde te semble fade dans de telle impasse... à croire que l'ennui te rends tellement fou que tu en es au point d'attendre nerveusement ton café. Pauvre de lui. Il n'allait pas vivre bien longtemps. Bu part un ivrogne de fève, aspiré par un drogué aux graines de caféier.

Hypnos avait mal fait son travail. Tout le monde sait qu'une nuit-blanche -surtout chez toi, cher prince- rend les gens plus bourru et grincheux qu'à leur habitude. Sales divinités grecques qui ne sont pas capable de faire la seule chose à quoi ils servent. Gonflé part la rage qui gagnait ton coeur, tu ne pus laisser la chance de la vider au visage de quelqu'un. Le plus gros des salauds, un monstre parmi les fous. Honte à toi ! Hurler sur une femme ne se fait pas, jeune prince borné à l'idéologie trop vicieuse pour s'en prendre conscience de l'homme peu galant qu'il est. Aucun scrupule ne vint te chatouiller l'esprit. Rien, bien au contraire, un soulagement que tu avais exprimé en te rasseyant, prenant la tasse pour la verser sur le sol. "Trop chaud" à ton goût ? Il n'a pas à dire, tu es un horrible homme. Pourtant, détruire ton monde te plait, tellement que voir sa mine se décomposer sous l'habile geste te faisait pour ainsi dire, rire. Tant pis pour le café, tu avais besoin de changer d'air. Rassure-toi, tu ne vas pas leur manquer, à ça non, quel soulagement de te voir quitter ton siège.

Le son répétitif reprit son aise dans l'atmosphère. Clac clac... toujours ce petit bruit qui accompagne tes pas sur une quelconque surface. Ta noble couronne en travers, tu avançais vers la sortie. Au diable le chauffeur, malgré qu'il pleuve, tu irais à pied. Pour une fois, ça changeait de l'admirable voiture qui te conduisait dans la ville au gré de tes envies. Le vulgaire parapluie que tu portais n'était là que pour son imperméabilité. Refermant la porte derrière toi, tu t'avançais loin de ta demeure. Une sublime villa qui ne cachait pas la fortune de son propriétaire. Non, ça n'avait rien d'une demeure discrète. Enfin, étant donné que tu n'es pas modeste, ce n'a rien d'étonnant. Têtu comme un âne, rien ne pouvait te détourner de ton but. Une petite ruelle sombre. Pourquoi ? Car un message d'un grand homme t'était arrivé, tu avais besoin d'un endroit désert. Mais, à Kichi Town, les endroits vides sont aussi vivaces qu'une fleur cueillie et laissée en plein soleil... C'est donc pour cette ruelle que tu avais opté, après presque 20 minutes de marche. En remarquant l'inulité qu'avait ton "ombrelle", tu l'as repliée pour la poser contre le mûr. Tu allais prendre ton téléphone en main lorsque tu vis une fille. Un être féminin oui, banale ? On peut le dire, mise à pars ses cheveux gris-blanc qui pouvait faire illusion d'un spectre, elle devait avoir à peine 14-15 ans. Il n'y a pas d'âge pour être au mauvais endroit munie d'une mauvaise compagnie. Grommelant de rage, Tu n'avais pas tardé à t'approcher de cette "gamine". Ton doigt glissa sous son menton pour l'obliger à regarder ton visage plutôt qu'une autre partie de ton corps. Ce grincement de dent indiquait ton mécontentement. « Tu es au mauvais endroit. » Oh, si elle savait seulement ce dont tu étais capable pour la faire bouger. Ton regard caché se plongeait dans le sien, tu avais laissé son menton, restant très proche de cette "petite" intrus. Fine et plus petite que toi, tu n'avais aucune idée de sa dangerosité. Tu pensais même franchement qu'elle partirait.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Tu risques ce que tu risques...    Sam 9 Juin - 12:09

Il lui dit tout en saisissant son menton. "Tu es au mauvais endroit." Et toi au mauvais moment pensa-t-elle. Il avait laissé son menton et elle pouvait maintenant en toute tranquillité lui mordre le cou. Un battement de coeur. Une pupille de chat. Des crocs de vampire. C'est trop tard, elle lutte, mais si il ne part pas maintenant c'est la fin. Un autre battement de coeur. Une pupille ronde. Des canines d'humains. Et c'est comme ça depuis qu'il s'est approché d'elle. Elle n'a qu'une seule envie: le mordre. Il n'y a personne . Alors pourquoi? Pourquoi se contrôle-t-elle indéfiniment pour absolument ne pas le croquer. Elle sait que c'est peine perdue: s'il ne s'en va pas, elle va le mordre. Mais comment lui dire de s'en aller? Comment lui dire, sans que l'odeur du sang ne vienne lui chatouiller la gorge? Impossible, un vrai dilemme. Tant pis, elle tente, après tout, il l'a prendra pour un vampire, ce qui est en soit faux. Elle ne sait pas ce qui arrive à ses victimes, et sincèrement c'est la dernière chose à laquelle Anju va penser. Sa respiration s'accélère, devient plus bruyante, elle fixe le vide, elle ne peut pas regarder le jeune homme en face de peur qu'elle fasse quelque chose qu'elle regrettera, non pas pour elle. Mais pour lui. Qu'adviendra-t-il de lui? Selon certaines informations, la victime réagit selon la quantité de sang qu'Anju prend et selon son organisme. M'enfin, c'est pas vraiment à ce que pense Anju là, maintenant. Elle se tourne vers lui, sa respiration s'accélèrant et son coeur battant à tout rompre dans sa poitrine. "Par...Tez" Elle dit certes ça sur un ton calme, mais, au fond elle n'avait rien de calme. Trop tard. L'odeur du sang vient hanter sa gorge. Tout se passe très vite, elle s'élance. Ses cheveux gris effleurent le torse du jeune homme. On pourrait croire à première vue qu'Anju l'embrasse, mais ça n'a rien à voir. Yeux clos, ses deux canines tranchent la chair du cou de l'homme. Anju sent alors le liquide chaud couler dans sa gorge et s'écouler de son menton jusqu'à sa poitrine. Cela faisait longtemps, très longtemps qu'elle n'avait plus goûter ne serait-ce qu'une goutte de sang. Le sang du jeune homme était... Délicieux. Elle n'avait jamais goûter un sang aussi délicieux. Peut-être parce que le jeune homme descendait d'une lignée de prince et princesse, mais Anju ne le savait pas... Pas encore. C'est finit. C'est terminé. Elle ignore si il a éprouvé de la douleur. Ses crocs se rétractent et laissent place à de simples canines d'humain. Quant à ses pupilles, elle ne sont plus que de ronds et banaux points noirs. Elle s'éloigne légèrement du cou de sa jeune victime avant, d'un revers de main enlever le sang qui avait couler de son menton. Puis, en glissant doucement son doigt sur sa canine, elle enlève le sang restant. Enfin, elle se détourne, elle n'a plus rien à faire, rien à dire. Pour l'instant, elle ne sait rien de ce qui adviendra du jeune prince. Elle sait juste que il va rester ébahi pendant quelques minutes. Prenant son ombrelle accoudée au mur d'en face, Anju s'en va.

(non non ce n'est pas la fin du rp! Tu as le droit de continuer, ou au contraire d'arrêter, comme tu le sens... ;) )
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Tu risques ce que tu risques...    Ven 15 Juin - 18:16


Bad Mood Goes With Money.


The Evil Prince feat The Little Vampire.

............................................................................................................


Du haut de tes 1m70, tu semblais prendre plus de force. Cette fille était bien plus petite que toi, te tendant l'illusion parfaite d'une pauvre collégienne innocente. La petite chose qui ne nuit à personne, qui ne blesse personne. Le genre de petits anges, d'élève modèle. Tu étais si loin de la vérité que tu n'hésitais pas à te rapprocher davantage, te faisant plus dur, plus méchant. Tu l'as vite restreint à un espace très mince, collant son corps contre le sien sans ménagement. Toi, vil prince, tu n'avais aucune honte, même si cette petite "garce" t'était jusqu'à lors inconnue. « Ah parce que dans ta logique , dis-tu en lui tirant une mèche C'est moi qui doit par- » Un léger gémissement de surprise se fit entendre. Un affreux picotement vint te prendre la moitié du cou. C'était quoi ça ? Que venait-il de se passer. Tu en étais béa. La seule chose que tu avais pu capté, fut le mouvement marin des cheveux gris de la jeune fille. Et puis... pourquoi est-ce que tu te sentais faible tout à coup ? Tes jambes se fléchirent légèrement. Complètement impuissant, cette position te rendait fou de rage.

Elle passait le long de ta trachée dans un fiel chaud et humide. Cette faiblesse vint plus forte et bientôt un furieux mal de tête te pris de plein fouet. Cette chienne, cette traînée, cette chose, cet objet avait osé boire TON sang. Tes yeux ne quittaient pas ces sales canines pointues recouvertes de vermeil. Ce foutait-elle de ta poire ? Elle partait ? Dans un léger excès de rage, tu lui pris le bras pour la plaquer contre le mur. Certes, tu n'avais pas même la force de lui faire bien mal, mais bien assez pour l'humilier. Avoir touché à tes globules rouges si précieuses était une erreur. Prenant son menton entre tes fins doigts, tu laissas un air crispé prendre ton visage d'assaut. « Espèce de sale... t'es quoi ? Laisse-moi confirmer une chose ; t'es complètement folle d'avoir osé toucher mon sang. Je te l'ai pas autorisé, claire ?» Ta main ne put s'empêcher de glisser pour poser ta paume sur ton cou, évitons donc de perdre trop de sang. Tu claqua des dents et gromela légèrement. Ce que te dérangeais maintenant, n'était même pas la douleur -au contraire, tu l'aimes- mais cette humiliation qu'elle venait de te mettre en pleine face te faisais trésaillir. Enfin, elle devait se sentir plutôt étouffée car tu la bloquais fermement contre le mur, lui chuchotant « Tu vas t'excuser maintenant... »


{Hrp: Navré, j'ai pas eu énormément d'inspi sur le coup ><}

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Tu risques ce que tu risques...    Jeu 21 Juin - 7:47

Il la plaquait contre le mur? Soit. Il la tenait fermement le poignet? Soit. Tout cela pour faire peur a Anju, évidemment. Elle pense que cela devrait le déplaire de comprendre que ce qu'il fait à Anju est strictement inutile et que donc, Anju n'avait pas peur. ça devait lui mettre la rage, l'envie de l'étrangler, de l'étouffer, de la faire mourir en sorte. Les deux prunelles dorés de la jeune fille se posèrent sur les épaules du jeune homme. A cause de la force aspirée par Anju, il devait se sentir plus faible, et crouler sous son propre poids. Elle battait régulièrement des paupières, omniprésente en ces lieux. " On m'appelle plus communément vampire, mais les scientifiques préfèrent m'appeler hybride chauve-souris..." Son regard se perdit dans le vide, on avait presque l'impression qu'elle était morte: sa respiration faiblissait et ses paupières ne s’abaissaient plus; c'est dans ces moments-là que la princesse des chauves-souris se perdait dans ses pensées...Il n'avait pas peur, bonne nouvelle pour lui... Mais savait-il combien de temps Anju serait-elle bloquée ainsi? Non. Bien sûr que non. Un battement de paupière et la revoilà de nouveau parmi nous. "Que crois-tu? Tu crois qu'en m'excusant ton sang va revenir?" Souffla-t-elle sur un ton calme, monotone. Ce qui, à son avis, devait énerver de plus en plus le prince. Elle ne fit pas d'avantage attention à lui. Son regard se dériva. Puis, un long sifflement se fit entendre, un long sifflement aiguë dont la seule et unique créatrice de ce son était Anju. Tout à coup, comme sortie de nul part, une forme noir vient se poser sur la frêle épaule de la jeune fille. La forme noire avait des yeux fins avec une pupille toute aussi fine. De longues ailes venait orner son dos, elles étaient toute aussi noire que le pelage de la créature qui n'était qu'une simple et banale chauve-souris. La main pâle de la jeune fille vient caresser la tête de l'animal, qui semblait sonder de fond en comble le jeune homme.

[Je crois que je n'ai pas fait mieux...]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Tu risques ce que tu risques...    Dim 22 Juil - 14:11

[Hexiel, es-tu vivant?]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tu risques ce que tu risques...    

Revenir en haut Aller en bas
 

Tu risques ce que tu risques...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dormir avec des animaux domestiques, risques pour la santé
» Neige : Conseils pour éviter les risques inutiles
» Quels sont les risques d'un RCIU ?
» Crues - Risques d'inondations - PPRI
» Plan de prévention des risques...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: RPS NON FINIS-