AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Thé, Damoiselle et Danse. ♫

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mason Shaw
avatar
Admin

Messages : 932
Date d'inscription : 28/06/2011
Age : 24

Feuille de personnage
Maître/Hybride de: Milka.
Côté coeur:
La rumeur:

MessageSujet: Thé, Damoiselle et Danse. ♫   Ven 14 Déc - 18:26



Décidément, l’imagination de cette personne est assez limitée. C’est ben le deuxième évènement de ce genre en moins d’un an, non ? Pourquoi ne pas faire autre chose ? Il n’a pas d’idée pour changer cela, mais le simple fait de râler lui convient. S’il continue, plus personne n’ira à ces ‘fêtes’ et il sera tout seul, comme un con à danser sur sa piste vide. Bien qu’il râle comme un vieux grincheux, Keith est habillé, coiffé, et arrive au grand portail du château dont il passe le seuil pour la seconde fois. Cette fois si, l’ambiance est plus accueillante. Les décorations d’halloween ont disparues pour laisser place un une ambiance plus festives. Des lumières chaudes se balancent le long du sentier qui mène aux premières marches du grand bâtiment. Avec la nuit tombante, on pourrait les assimiler à des feu follet ou encore de grosses lucioles, mais encore eu-t-il fallu avec une âme de poète, de rêveur mais ce n’était guère le cas. Notre homme, très terre à terre se foutait pas mal de ce qu’il pouvait imaginer ; Et puis pourquoi est-il venu ?

Keith passe une main dans sa longue chevelure rousse, et gravit les marches. Le monde afflue autour de lui. Des humains, des humaines, des hybrides. Se faisant une place dans cette foule, l pose une main sur la grande porte en bois et ressent un désagréable frisson qui l’enveloppe. Il secoue la tête comme pour se défaire de cette sensation mais sans pour autant disparaitre, elle ne fait que s’atténuer, comme si son corps avait accepté cette compagnie.

Et vous ne croyez pas si bien lire. Alors que le roux pénètre totalement dans le hall, il se dirige vers le vestiaire, une main sur le cœur et l’autre s’appuyant sur les différents supports qu’il peut trouver. Que lui arrive-t-il ? Il allait pourtant très bien en partant de chez lui, et sa forme était a son apogée ses derniers jours. Ce n'était certainement pas un rhume. Alors soudainement, après une grande inspiration, le roux se sentit mieux, comme pris d'une seconde vie, d'un second élan d'énergie. Il ne savait bien sur pas que le Duc était en lui. Mais cette présence n'allait pas se terrer longtemps. Keith eu le sentiment qu'il devait aller danser. Enfin, aller dans le hall.

Mais avant d'y accéder, il fut arrêter par une présence familière. Etait-t-elle vraiment familère à notre roux ou a cette présence étrange ? Alors sur le pas de la voûte, séparant des deux pièces adjacentes, Keith tourna la tête vers cette personne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Thé, Damoiselle et Danse. ♫   Mar 18 Déc - 15:18

Horlogerie.
Il fallait simplement qu'il y aille.

Il n'avait pas idée d'à quel point l'instinct pouvait être développé. Il commençait à en avoir un léger aperçu, depuis le temps, mais rien de comparable à ceci. Il y avait un bal, en ville. À l'extérieur, en réalité, dans le château à la périphérie. Un quartier peu réputée pour son hospitalité, mais avec un patrimoine culturel non négligeable qu'il s'était juré d'aller visiter un jour. Ce jour-là était visiblement arrivé, ou plutôt cette nuit. Il était prêt. Fin prêt à y aller, alors qu'il n'en avait aucune envie particulière. Il faisait simplement ce que lui soufflait son cœur, pour peu qu'il en avait un. Il battait à tout rompre. Il sonnait une mélodie qu'il n'avait jusqu'à lors jamais réellement apprise. Comme s'il n'était pas conscient d'avoir cet organe. Une poitrine vide. Une poitrine échouée. Pour pouvoir frapper. Plus rien ne bat là-dessous. Plus de douleurs. Cela avait des avantages, après tout. Ploies mais ne te brises jamais. N'aies d'oreille attentive que pour les coups portés en ton sein. Ce qui te guidera intimement dans ce qui t'a été offert comme existence.
Il devait s'y rendre.
Un costume qui n'en était pas un. Des vêtements chinés un peu partout. Des voyages salvateurs, conciliateurs, apprentissage quotidien. Toute cette richesse avait coûté une fortune, l'affaire d'années de patience. Le résultat était au rendez-vous. Le soin qu'il avait pour coutume d'apporter à ce qui lui appartenait ne passait guère à travers les mailles des plus critiques des regards. La luxueuse chemise, manches longues, bouffantes, blanche. Le serre-taille, sublime les hanches, affine la silhouette plus que nécessaire. Le jabot, la broche pour l'embellir. Le pantalon de velours, noir et lourd. À sa taille. Les bottes hautes, cuir traité, noires, à talons. Comme s'il en avait besoin. Il ne manquait plus que les gants ivoires, soie souple, la cane ornée de galantes, le gilet brodé et le long manteau noir, aux boutons de manchettes plus chers que tous les éléments de la tenue réunis. Il fallait être apprêté. Il fallait jouer le jeu. Il ignorait tout à fait le pourquoi d'une telle assiduité. Quoi qu'il en était, il le fallait.

Il y était. Juste là. Il était entré. Il était seul. Rocio devait, apparemment, le rejoindre. L'homme des steppes attendrait, le temps qu'il fallait. Il attendrait. Bien que les choses ne se passent guère comme il l'espérait. Quoi qu'en réalité, il n'espérait pas grand chose. Il ne savait même pas ce qu'il faisait ici. Il ne savait pas où il était. Il était venu à pieds, avait suivi un cortège. Des lumières, accrochées dans les rues. Sans elles, sans eux, il n'aurait pas pu trouvé. Il était arrivé sans trop se poser de question. Il sentait le tambour qu'était devenu sa pompe à sang s'arracher à son espace. Respirer calmement. Tout doucement. Finir de se vêtir, entrer dans la salle, et s'asseoir dans un coin, guetter, il ne savait quoi.
Guetter. Chercher. Trouver, finalement. Encore fallait-il connaître la raison de sa quête.

Preux chevalier des temps modernes, il se souvient de visions qui ne lui appartiennent pas forcément. Il oublie souvent, n'est jamais marqué. Les cicatrices lui rappellent la vie indécente qu'il mène au quotidien. Il se remet en question plus tard. Il n'est pas là pour cela. La cane est à sa taille, et c'est un miracle. Le masque, sous son bras, aborde un bleu pâle distingué, royal, qui lui ressemblait. Le rouge de son sang bouillait d'inconfort. Le rouge. L'exact inverse. Tant pis pour lui.
Marche discrète, et un regard. Quelqu'un qui le fixe. Quelqu'un qui le suit. Observé. Épié. L'instinct qui se tourne, irrémédiablement, vers la source de la gêne. Se prononcer sur la distance qui les séparait l'un de l'autre était hypocrite de sa part. Interminable chevelure rousse. L'œil en moins. Souvenirs. Épars. Baisse les yeux. Détourne les iris vulgaires. Mange sa lèvre. Dévore l'intérieur des joues. Les gants protègent les ongles de ses canines avides et gourmandes. Il n'est pas seul et l'homme de feu le regarde. Toujours.

- Excusez-moi...?

Il avance vers lui, à contrecœur. L'autre, il n'oscille point. S'arrête juste devant lui. Quelques centimètres à peine. Trop grand pour le reste du monde. Il le regarde de haut parce qu'il n'a pas le choix. Voix douce et paisible. Note d'inquiétude.

- Vous non plus, vous ne connaissez guère la raison de votre présence en ses lieux, je me trompe...?

Les yeux qui se redressent à peine. Vue sur le mur d'en face. Au-dessus de la porte. Tableau à trophées. Il n'y avait pas de trophées. Simplement des épées. Elles étaient belles. Il n'y connaissait rien mais elles étaient magnifiques. Tellement qu'il ne sut détourner le regard. Hypnose. Des épées. Allez savoir pourquoi.
Quelqu'un ressentirait certainement quelque chose de similaire envers autre élément du décor. Certainement. Comme une horloge.
Revenir en haut Aller en bas
Mason Shaw
avatar
Admin

Messages : 932
Date d'inscription : 28/06/2011
Age : 24

Feuille de personnage
Maître/Hybride de: Milka.
Côté coeur:
La rumeur:

MessageSujet: Re: Thé, Damoiselle et Danse. ♫   Lun 7 Jan - 10:46

Mais avant d'y accéder, il fut arrêté par une présence familière. Était-elle vraiment familière à notre roux ou à cette présence étrange ? Alors sur le pas de la voûte, séparant des deux pièces adjacentes, Keith tourna la tête vers cette personne. Un individu que l'on aurait pu croire sortis, tout droit de l'époque de ce genre d’événement. Un héritage familial ? Keith salua la performance vestimentaire. Le physique, également, de son vis- à vis se mariait plus que bien aux vêtements portés pour l'occasion.

Keith ne se sait plus vraiment pourquoi il est venu ici. Il n'a soudainement plus envie de s'amuser, de trouver quelqu'un, pour s'amuser. Non. Il a envie de trouver, trouver, quelqu'un mais ce n'est aps avec les même desseins que plus tôt. Un brouillard épais s’immisce dans son esprit, il part, il revient, le roux lutte intérieurement, une légère grimace en témoignant sur son visage. Repassant une main dans sa longue chevelure, passant par son visage, il soupire. Ce n'est vraiment pas l'endroit pour de telles faiblesses. Il sort de ces pensées quand l'homme qu'il regardait il y'a encore quelques secondes lui adresse quelques mots. Enfin, il l'avait regardé, encore, sans le lâcher mais pendant un bref moment, il ne faisait plus attention a ce qu'il faisait. Vous savez, quand vous vous plongez dans vos pensées, que vous fixer un point, un meuble, une porte, un homme et que vous en oublier tout ça. Pour vous, seul compte les pensées qui défilent.

L'excuser ? Mais il n'avait encore rien fait. Allons. Le roux n'as pas l'habitude qu'on lui demande des excu-... non, en fait si. Mais secret.

L'homme est à quelques centimètre de lui. Que faisait-il si près ? Un mètre, ça allait très bien pour parler. Et quand il prononça les mots, il fut pris de stupeur. Alors il n'était pas le seul ? Lui aussi avait-il un épais brouillard dans le crâne ? Alister garde le contact oculaire. ( quel assemblage de mots horrible.) Mais il fut brisé. Ceux de l'homme à la blanche chevelure se levèrent, comme attiré par un élément du décors. Sur le mur ou se posaient les deux prunelles de notre ami, des épées, de toutes tailles, de factures toutes aussi travaillées les unes que les autres. Mais ou donc avaient-elles été trouvée ?

Alors qu'il parcourt le mur qui semblait étrange à cet autre invité, son regard à lui tomba plus près du sol. Contre le mur, comme abandonné, une canne en bois sombre, surmonté d'un pommeau en acier, ou argent, il ne saurait le dire et le distinguer, surtout. Avant de répondre à la question posé, sans même en avertir qui que ce soit, à quoi ça servirait, il fait quelques pas pour s'emparer de cet objet. Et rapidement, il revint sur ses pas, comme si de rien n'était.

    «  Il ne faudrait pas qu'elle se retrouve seule toute la soirée n'est-ce pas ? »

On aurait dit qu'il parlait d'une femme. Quel homme étrange il peut faire quand il s'y met des fois. Mais peut importe. Et enfin, poli, mais tardif, il répondit à la remarque.

    «  En effet, je me demande pourquoi j'ai décidé de passé le porche. Mais j'ai trouvé quelqu'un à qui parler, non ? Vous êtes de la ville ? Je ne vous ai jamais vu auparavant. »

      Et sur ces mots, la musique dans la grande salle démarra. Le monde dans le couloir et la salle affluait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Thé, Damoiselle et Danse. ♫   

Revenir en haut Aller en bas
 

Thé, Damoiselle et Danse. ♫

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» DANSE PORTAGE
» STAGE DE DANSE POLONAISE AVEC CHOREGRAPHE POLONAISE "Zpit LUBLIN Kaniorowej"
» DANSE"LA POLKA"
» Cherche école de danse classique
» La danse africaine ! :)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: RPS NON FINIS-