AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Comment une balade peut-elle virée en dépression? [Euryale][Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Comment une balade peut-elle virée en dépression? [Euryale][Terminé]   Dim 27 Jan - 9:47

Il se baladait en ville, comme à son habitude, serrant fort les poings et baissant la tête. Il ne voulait croiser personne, personne n'aurait aimé le croiser. Une mauvaise humeur habituelle se baladait le long du rictus de son visage. Crachant sur le bord de la route, il ne hésitait à mettre ses mains dans ses poches ou bien les croisés, tel était son dilemme de la matinée. Rarement il avait des choix à faire de grande importance, c'était tant mieux car il n'aimait pas cela prendre des décisions. Homme de mains, cela lui aurait convenu totalement à dire vrai. Au lieu de ça, le seul job qui lui ouvrait les portes était serveur. Il aimait bien mais sans plus. C'était surtout histoire de pouvoir payer ses factures et puis, la patronne était plutôt sympa, même si il ne l'avait jamais vraiment vu. Le temps commençait à s'assombrir, lui aussi. Comme si tout était contre le fait qu'il passe une bonne journée. Soupirant, il se dirigea vers le parc. Pourquoi le parc ? Il n'en avait pas la moindre idée lui non plus.

Les feuilles glissaient sous le vent, émettant un bruit de sifflements ressemblant à des serpents, les arbres étaient plutôt grands et paraissaient terrifiants, comme si le parc s'était transformer en immense forêt. Secouant la tête, Sho se sortit de ce cauchemar. Les grands espaces ce n'était plus vraiment sont trucs.

Se dirigeant vers le banc le plus proche qu'il eu trouver, il y déposa son tee shirt fraîchement retiré, se retrouvant ainsi torse nu alors qu'une légère brise vint lui chatouiller les abdos. Il ne frissonait pas, ayant l'habitude de petites sorties nocturnes dans cette tenue vestimentaire. Son corps avant finit par s'habituer à la froideur du monde et de la société qui l'entourait. Des bruits strident retenaient son attention. Tournant légèrement la tête vers la droite,d'ou provenant ce bruit, il vit deux enfants entrain de jouer. L'un totalement humain et l'autre hybride.



Sho frissona. Non pas de froid mais son regard ne pouvait quitter la créature qui jouait devant ses yeux. Son esprit lui tordait la mémoire. Il ne pu s'empêcher de voir à travers cette chose sa précieuse aimée, sa chère et tendre. Le vent augmentait, faisant valser ses cheveux pendant que sa silhouette ne bougeait pas d'un pouce. De loin, on aurait pu croire à une statue. Une jeune femme apparut et rappela les deux jeunes enfants, qui accourus vers celle-ci et disparus au loin.

Il fallut quelques temps à Sho pour se rendre compte qu'il était de nouveau seul. Une larme perlait encore le long de sa joue avant qu'il ne plonge dans l'étendue glacée, encore habillé. Cette étendue n'était autre que ce qui servait de lac à ce parc immense. Il était plutôt vaste mais hélas, il n'y fit guère attention lorsqu'il se mit à flotter. Ce mouvement était trop lent pour lui. Il souhaitait des défis, des défis avec la vie, la mort peut-être.

Il plongea. Continuant de nager jusqu'à ce que ses poumons se vident. Jusqu'à ce que l'air se fasse rare ou jusqu'à ce qu'il heurte une forme dans l'eau. Étonné, des bulles d'air s'échappait de sa bouche et il dut remonter à la surface. Respirant à grande foulées, il regardait droit devant lui, apercevant l'étrange hybride qu'il avait alors percuté. Sho resta un moment à regarder ce qu'il considérait comme la cause de tout ses problèmes. C'était un jeune homme mais cela, il n'en était pas sur étant donné la visible fragilité de l'être qui se trouvait en face de lui. Sho essaya de trouver une respiration normale pendant qu'il continuait de regarder l'hybride. Une tension évidente traînait dans l'air : il n'avait pas adresser la parole à un hybride depuis fort longtemps maintenant. En serait-il même capable ?


Dernière édition par Sho Lowell le Jeu 4 Avr - 15:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Euryale Gorgo
avatar


Messages : 86
Date d'inscription : 16/01/2013
Age : 22
Phrase du jour : (Ô^\\\)~snif...

Feuille de personnage
Maître/Hybride de: Personne!!
Côté coeur: Peut-être qui sait...un beau chevalier!
La rumeur:

MessageSujet: Re: Comment une balade peut-elle virée en dépression? [Euryale][Terminé]   Dim 27 Jan - 15:53

Il faisait encore légèrement froid... On pouvait dire que cette nuit marqué la fin de l'hiver en quelque sorte... Les feuilles étaient revenues en même temps que le soleil sur Kichi... mais ce matin celui-ci était malheureusement absent au grand bonheur de Gorgo.

Notre hybride méduse avait une sainte horreur de notre hôte celui-ci lui marquait fortement la peau et le déshydratait très vite... Car oui, ce n'était pas flagrant mais Euryale Gorgo est un hybride de type aquatique, plus précisément de type Médusa dit la méduse... Il était donc très heureux lorsque celui-ci ce cacha il put refermer son ombrelle et marcher sereinement.

Ce matin avant de quitter le laboratoire il avait pris soin de bien s'habiller de prendre de quoi se protéger du soleil. En entendant son "père" vociférer sur lui et le fait qu'il ne lui ramenait pas assez de cobaye humain au laboratoire et qu'il allait le punir de son incompétence, Gorgo compris très vite qu'il se passerait quelque chose de grave pour son meilleur ami...Neko comme il l'avait appelé. Neko n'était même pas un vrai chat... c'était juste une ville peluche déchirée représentant vaguement un animal... en occurrence un félin au yeux de Gorgo. Malgré tout c'était le meilleur ami de Euryale, qui restait malgré ses vingt-quatre ans très attaché à lui.Le seul jouet qu'il ait eu de son existence... C'est pourquoi il partit avec Neko sous le bras pour le protéger de son futur bourreau.

Il se promenait dans le parc de la ville bien que celui-ci abritait du monde en journée mais il voulait absolument aller nager dans le lac de la ville. Car si Euryale a peu de passion l'une d'entre elle est bien l'eau. il adorait plongé plus précisément, son record étant de plus d'une demi-heure d’apnée! Cela du bien sur à ses capacités d'hybride peut ordinaire...

Alors il se rapprocha de la surface du lac sur la rive opposée à celle empruntée par les piétons. Cette rive était fortement boisée et était parfaite pour y ranger ses affaires pendant la baignade du matin avant de repartir au "travail". Il retira son poncho rouge à capuche, le col roulé qu'il avait en dessous ainsi que ses bottes à talon pour ne garder que son leggins noir. Euryale pris soin de caché le pauvre Neko en dessous de son manteau rouge et au dessus du reste de ses affaires.Puis il se raprocha de la surface du lac pour s'enfoncer petit à petit dans l'eau noir... Ce n'était pas qu'elle était salle cette eau...Juste que le peu de lumière et la terre qui en foncé le fond la rendait opaque. D'ailleur tous le monde avait peur de ce lac en hiver car bon nombre de personne y ont déjà disparu, "aspiré" par le fond en disent les témoins...

Ces rumeurs n’effrayaient en aucun cas Gorgo... Il se doutait bien qu'elle était juste dut au fantasme humain devant une tragédie. Lorsqu'il n'eut plus pied il plongea totalement et commença à nager dans ce noir si profond. Au même moment son ADN hybride réagit et tout comme la méduse plongée dans l'obscurité ses os se mirent à luire d'une lumière bleuâtre à travers sa peau. C'était une réaction chimique dut à l'eau et la noirceur lui avait expliqué les scientifiques. Il ne brillait pas comme un phare mais c'est vrai que bon nombre de rumeur se sont formées autour de cette lueur créer par Gorgo la nuit.

Il nagé tranquillement sous l'eau, là où il se sentait à l'aise calme et totalement protégé de l'homme, comme il se disait... jusqu'au moment où il ouvra les yeux pour voir une forme humaine juste devant lui. Il n'eut pas le temps d'éviter l'inconnu et le percuta. Il voulut crier mais il laissa s’échapper l'air de ses poumons et fut contraint de remonter à toute vitesse, bien plus vite que lui... Une fois la tête hors de l'eau il ouvrit grand la bouche pour laisser l'air revenir dans ses poumons, il toussa et retira les cheveux qui couvrait ses yeux et chercha son "agresseur" de droite à gauche. Il aurait eu certainement moin peur s'il avait percuté un requin blanc qu'un homme... là il stressait affreusement et lorsque le jeune sortit de l'eau pour respirer lui aussi il ne put faire autrement que de crier. Ce qu'il vit alors... il ne pouvait le croire... Sho... Lowell... le serveur du café de Taihla... sa maîtresse... Incroyable hasard, il connaissait peu le jeune homme mais tout ce qu'il pouvait croire c'est qu'il lui plaisait physiquement mais pas du tout intérieurement! Taihla lui avait déjà dit de ne pas trop l’approcher car il ne supportait pas les hybrides... Lui même en étant un il ne devait par rester dans le coin! Après tout il ne croyait pas au hasard, il avait du le suivre pour l'attaquer dans l'eau!

Lorsque leur regard se croisa un frisson le parcourut, il poussa un petit cri aigu avant de lui hurler:

"Ne m'approche pas espèce de malade!!"

Il plongea sous l'eau en essayant de rejoindre la rive où il avait laissé ses affaires et le pauvre Neko. En arrivant sur le bord il marcha sur une bouteille de verre laissé sans scrupule pour l'écologie. Elle se brisa sont son pied dans lequel vint se planter d’innombrables morceaux du cadavre. Il cria à nouveau avant de tomber à terre et tenait son pied soufrant pestant contre son manque d'attention. Il resta sur le sol en pleurant tellement la douleur était vive. A ce moment Euryale priait juste pour que le jeune Sho ne l'ait pas suivit car là...il était totalement sans défense et sans chance de fuite possible...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Comment une balade peut-elle virée en dépression? [Euryale][Terminé]   Mar 5 Fév - 17:57

Je m'étonna encore plus de la réaction de l'hybride à mon égard que de ma propre réaction. Mes sourcils se haussèrent donc naturellement quand il prit la fuite, visiblement paniqué. C'est vrai qu'en ce moment mes réactions étaient violentes à leurs égards mais ma réputation avait-elle dépassée l'entendement que je pensais qu'elle avait ? Serais-je un monstre assoiffé de vengeance aux yeux de tout les hybrides? Ce n'était pas plus mal, me diriez-vous. Au moins, je ne suis pas embêté lors de mes virées dans un parc, comme actuellement. Bien que cette rencontre fut assez courte, je reprenais à garder mon calme afin de réduire aux maximum les dégâts et mes sautes d'humeur, je ne pris donc pas la peine de relevé la remarque de notre jeune hybride, bien qu'intérieurement, je bouillonnais de lui faire voir qui était vraiment le "malade" de nous deux. Démontrer par a+b qui était le vainqueur, ça, c'était mon truc. Je me sentais supérieur et je le pouvais. Après tout, regarder cette chose fuir devant moi comme si j'allais la manger. C'était divertissant. Je retiens un haut le cœur de dégout devant le faible cri qu'il retenait. Il s'était blessé, alors que moi je n'avais pas bougé d'un pouce. Seul mon regard le suivait dans ces gestes depuis tout à l'heure. Ce même regard imprégné de haine.

J'hésitais un instant avant de finir par me diriger vers l'hybride, prenant soin d'avancer doucement afin de calmer les palpitements de mon coeur. Arrivé à quelques mètres de lui, je m'arrêta. Eclairsisant ma voix d'un raclement peu rafiné, j'ouvris la bouche mais aucun son ne sortit avant une bonne minute.

"Je vais venir t'approcher, pour te soigner. Si je crois bien.. nous nous connaissons de vue, n'est-ce pas?"

Ma voix finissait par être hésitante sur la fin. Je n'étais pas sûr de l'avoir croisé et encore moins au bar mais on ne sait jamais.

"Je ne tiens pas à me faire renvoyer demain car j'ai laissé son hybride sans défense sur le bord d'un lac..."

Mon dégout se faisait ressentir, mais tant pis. Au moins, je ne pensais pas le frapper ce soir. La vue du sang qui ruisselait le long du léger courant se perdait dans les lueurs noires de la sombre nuit qui commençait à peine. M’amenant sur la berge, je pris soin de le dépasser sans le regarder. Déjà que d’ordinaire, je n'étais pas très bavard. J'avais préféré l'avertir pour qu'il ne fuit pas et qu'on doive l’amputé dès le lendemain matin.

Soupirant, j’arrachai un bout de mon jean d'une seule main, essayant de m'approcher furtivement de l'hybride pour lui retirer, sans délicatesse, l'objet en verre qui luisait sur son pied. Je ne me souviens pas vraiment si j'entendis des cris, des hurlements ou si il avait ouvert la bouche ne serait-ce que pour manifester son mécontentement de devoir être aidé par une personne comme moi. Jetant le bout de verre dans l'eau, au moins, au fond de ce lac, personne ne se le prendra. J'arrachai un bout de mon caleçon qui dépassais légèrement cette fois, pensant que la matière serait plus confortable pour qu'il se pense. Je lui jeta à coté et lui fit signe d'en faire ce qu'il voulait.

Me relevant, je me rhabillais et pensa qu'il faudrait faire le tour du lac pour récupérer le reste de mes affaires. Un air blasé et totalement ailleurs s'affichait sur mon visage. Je ne souhaitais pas rester une minute de plus avec ce jeune hybride dans les parages, c'était devenu étouffant et insoutenable. Or, mon espoir s'envola quand j'entendis les grilles du même parc se fermer, un cliquetis s'éloignant de plus en plus. C'était une blague? Je plongea sans me poser de questions dans l'eau à présent glaciale, ressorti aussitôt de l'autre coté et courra sans même prendre le temps de me rhabiller vers se qui semblait ma seule issue.

Fermées. Ces grilles étaient fermées et trop hautes pour les escalader sans que je me fasse mal. L'hésitation était pourtant grande, mais mon courage et ma force qu'il me restait l'était beaucoup moins. Je retourna d'un pas calme et assuré vers mes affaires. Peut-être la chose qu'il était n'aurait pas froid et dormirai à l'opposé du parc. Qu'est-ce que je racontais? Je ne pourrais jamais dormir avec cette chose même à un seul kilomètre de moi. J'aurais trop peur de me réveiller avec l'odeur de poisson à mes cotés. Je m'assis donc sur le banc, penchant la tête vers l'arrière et fermant les yeux. C'était vraiment pas ma journée. Le vent frais caressa mon visage et m'apaisa.

J'avais surmonter à la première épreuve de ma vie que je redoutais le plus. Mes pulsations, j'avais su les contrôler et le reste de mon corps également. Mais je ne pensais pas que pour une telle épreuve, j'aurais à passer plusieurs heures en la compagnie d'un être que je déteste. Pourrais-je au moins me surpasser? Ou faudrait-il qu'il subisse ma frustration, mon désir et mon dégout en même temps? Ouvrant les yeux, j’aperçus la première étoile. Au moins, cette nuit allait être froide mais sèche.
Revenir en haut Aller en bas
Euryale Gorgo
avatar


Messages : 86
Date d'inscription : 16/01/2013
Age : 22
Phrase du jour : (Ô^\\\)~snif...

Feuille de personnage
Maître/Hybride de: Personne!!
Côté coeur: Peut-être qui sait...un beau chevalier!
La rumeur:

MessageSujet: Re: Comment une balade peut-elle virée en dépression? [Euryale][Terminé]   Ven 8 Fév - 20:57

Euryale tremblait...il tremblait de tout son long...sur le bord boueux du lac. La douleur dans son talon était de plus en plus forte...il pouvait sentir chaque petit bout de verre lui crier sa souffrance à travers tout son corps. Mais il frémissait surtout de peur...peur de l'humain se trouvant dans le lac. Il ne savait plus quoi espérer... Que l'humain l'ignore et fasse demi tour pour le laisser avoir mal? Ou alors qu'il revienne pour lui faire du mal...mais peut-être le soigner? Non...Gorgo ne croyait pas à cette seconde option...

Mais alors qu'il pensait que Sho était parti...l'abandonnant à son sort... il entendit sa voie! Hésitante mais effrayante pour Euryale! Il se mit à paniquer totalement lorsqu'il passa juste à côté de lui... Il blottit sa tête dans ses bras et pleura encore plus... Il se préparait à avoir mal...comme toute ces fois où l'on l'avait opéré de force sans anesthésient... Il allait avoir mal et il n'y pouvait rien...Comme toujours...

Il sentit qu'il lui retirait douloureusement le verre du pied... mais seulement le plus gros morceau... Il étouffa son cri comme d'habitude... car si son père n'aimait pas une chose... c'était les cris de douleur... cela lui donnait mal à la tête soit disant! Alors Euryale avait appris à souffrir en silence...et en pleurant... Lorsque Sho se stoppa il releva la tête vers lui comme pour lui demander s'il allait continuer... Mais pour sa plus grande joie il lui jeta juste un bout de tissus à ses pieds et repartit en gardant son air hautain... Sale type... C'était la seul chose que Gorgo pouvait penser de lui en cet instant...

Puis il se redressa pour ce mettre assit et continuer de retirer les plus petit bout de verre... Il lui aurait fallu une petite pince pour bien finir le travail mais au moin il pouvait marcher... Il se releva difficilement après avoir utilisé le morceau de jean pour s'appliquer les premiers soin... un peu bancal serte... mais cela lui suffirait... au moin pour rentrer... puis il se rappela qu'il ne pouvait plus rentrer sans se faire disputer... alors il commença à chercher ses affaires après s'être un peu décrassé à l'eau du lac.

Lorsqu'il les trouva il renfila son col roulé, son manteau et ne remit qu'une seul de ses bottes... de peur de la salir avec son sang... puis il prit dans ses bras Neko... l'animale en peluche... l'avoir ici le rassurait un peu... le prendre dans ses bras le réchauffait et lui donnait sommeil... Il avait l'habitude de s'endormir dans les pires conditions temps qu'il y avait Neko avec lui... Il se sentait bien... Mais il ne devait pas dormir... pas maintenant... alors il se releva difficilement encore une fois et marcha pas à pas vers le grand portail... Il voulait trouver un endroit où il pourrait mieu dormir... pas sur le sol humide... Il allait avoir froid... Et puis il se sentait trop mal...Il souffrait terriblement à chaque pas...alors lorsqu'il arriva au portail et qu'il était fermé il ne plus faire autrement que de laisser les larmes perlait sur ses joues... Il se mit à pleurer bruyamment... Il ne faisait plus attention à être discret ou non... Il ne pouvait faire autrement que de passer la nuit ici après tout... Il ne pouvait pas escalader avec son pied dans cet état... Alors il se retourna tristement pour voir Sho Lowel sur le banc le plus proche de l'entrée juste à côté de lui!

Il sursauta et se stoppa totalement... Il ne voulait plus tomber sur lui!! Il était dangereux et...si... étrange!! Alors il serra le plus fort possible sa peluche contre lui en laissant tomber sa botte qu'il tenait précédemment... Il ne devait rien arriver à Neko!! Surtout pas!! Sinon il ne pourrait plus jamais dormir ou être rassuré!! Il voulait le protéger en le serrant contre lui... C'était la seul chose qu'il pouvait faire...Car il sentait que sa vessie allait lâcher s'il bougeait encore...par peur...Il tremblait encore et toujours devant ce qu'il pensait être l'insurmontable... Il posa ses lèvre sur la tête de la peluche et chuchota le plus faiblement possible...Ne t'en fait pas Neko...Je suis là...il ne te fera pas de mal...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Comment une balade peut-elle virée en dépression? [Euryale][Terminé]   Sam 23 Fév - 11:52

Les gémissements de cette créature m’empêchèrent de fermer l’œil ne serrait-ce qu'un instant. Qu'avait-elle donc, encore? Je ne pourrais supporter de rester en sa compagnie si au moins, elle n'était pas en train de se plaindre. Jetant un coup d’œil sur le coté, je remarquais qu'il parlait à une créature, une sorte de peluche, si ma vision était encore bonne. Haussant les sourcils, je me suis mis à me demander l'âge que pouvait bien avoir cet hybride pour se trimbaler encore avec une peluche aux bras. La mienne m'était devenu étrangère depuis les dix ans, peut-être. Avait-il cet âge là? Mon dieu, quelles pensées obscènes me parcouraient à cet instant ! J'étais peut-être avec une personne mineure, qui plus ai, encore un enfant. Soupirant en me relevant légèrement, je restais tout de même assis sur ce banc. Une goutte perla le long de mon visage. Non, je ne pleurait pas, le ciel commençait juste à s'assombrir et des nuages commencèrent à ce former, cachant ainsi les quelques étoiles qui éclairaient. Il ne fallait que compter sur la lune à présent pour donner un semblant de luminosité.

Je me releva précipitamment pour m'abriter sous l'arbre le plus proche, passant devant l'hybride sans lui accorder un regard. Il valait mieux que je fasse comme s'il n'existait pas plutôt que d'essayer de tenter quoi que ce soit qui pourrait me valoir plus de sang sur les mains que je n'en ai déjà. Les feuilles de celui-ci m'empechait de recevoir la pluie qui commençait à taper. Regardant dans la direction de la chose, j'ouvris la bouche, un rictus aux lèvres.

- Viens t'abriter.

Cela ressemblait plus à un ordre qu'à une demande, en fait. C'était surtout pour lui, moi je m'en fichais pas mal si il se prenait la pluie. Voyant qu'il serrait très fort sa peluche, je me demandais s'il avait l'intention de la protéger ou bien de me la lancer à la figure. Ce n'était pas encore très clair, mais cette idée me fit sourire.

- Tu devrais avoir plus peur pour toi que pour ta peluche... ?

Je voulais l'appeler par son nom, mais je ne le connaissais pas. Ou je ne l'avais pas retenu. Lui demander ferait surement trop amical de ma part et c'est surement pas ce que je souhaitais. M'adossant contre le tronc, je me replia sur moi même, cherchant un peu de chaleur alors que le temps semblait se rafraichir. J'aurais du prendre ma veste, mais je n'y avait pas penser, pensant pas rester plus d'heures que nécessaire ici. La prochaine fois, je prévoirais le nécessaire en cas de pluie et de retenu dans un parc avec la créature que je déteste le plus au monde.

En fait, je me rendis compte d'une chose. Mes pulsions haineuses commençaient à refaire surface, plus le temps passait en sa compagnie, plus je me détestais et plus je le détestais. Il n'avait pourtant rien fait de mal mais c'était plus fort que moi. Il me rappelait de trop celle que j'avais abandonnée à son sort, celle qui me convenait parfaitement, celle que j'avais aimée. Était-elle encore en vie? Je ne le savais pas. Je réfléchis un instant et fixa l'hybride des yeux. Peut-être que lui, le savait-il?

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Euryale Gorgo
avatar


Messages : 86
Date d'inscription : 16/01/2013
Age : 22
Phrase du jour : (Ô^\\\)~snif...

Feuille de personnage
Maître/Hybride de: Personne!!
Côté coeur: Peut-être qui sait...un beau chevalier!
La rumeur:

MessageSujet: Re: Comment une balade peut-elle virée en dépression? [Euryale][Terminé]   Lun 25 Fév - 18:18

En faite si Euryale serrait aussi fort Neko dans ses bras lorsqu'il a peur ce n'est pas parce que c'est un enfant ou juste un attardé. C'est surtout car c'est le seul et unique moyen de ne pas mourir de peur ou de sombrer dans la folie qu'il ai trouvé dans ça vie. Serte si c'est effectivement la même méthode qu'un enfant utilise pour se protéger des monstres sous son lit et bien dites vous que vous avez déjà compris que ces monstres n’existe pas c'est donc pourquoi vous vous êtes séparés de cette chose qui est devenu inutile à vos yeux qu'est votre peluche. Et bien dîtes vous que les monstres que Gorgo a en face de lui tous les jours de sa vie sont bien réelles eux, se sont les scientifiques qui l'ont torturé tous les jours de sa vie et qui aujourd'hui le force à faire le job qu'il déteste le plus au monde...alors croyez le ou non cette peluche lui est encore utile pour tenir le coup.

Alors il ne put s'arrêter de serrer le plus fort possible contre lui Neko, essayant de penser à autre chose.Il voulait s'enfuir et faire demi tour mais sa blessure au pied lui faisait trop mal pour courir et lui échapper. Mais tout à coup il sursauta lorsqu'il reçut une première goute de pluie sur la tête, puis une seconde fois lorsque l'autre l'invita à venir avec lui s'abriter sous l'arbre. Il se moquait même de lui et de Neko! D'ailleur il devait le protéger de la pluie le pauvre! Alors il ouvrit le col de son manteau et y glissa Neko à l'intérieur comme ça il dépassait à peine et le tenait toujours en mettant ses deux bras sous son manteau suffisamment large...

Il rougit légèrement et réunissant tout son courage lui cria:

"Te moque pas de moi! Je suis un hybride aquatique au cas ou t'aurais pas remarqué! Je me fiche d'être mouillé contrairement à toi! Donc tu peux le garder ton arbre!"


Il commençait juste à faire un peu trop froid alors il grelottait un peu. Il allait donc continuer de marcher dos à lui pour trouver un autre abri quand il s'appuya sur son pied meurtri. Il poussa un petit cri étouffé et se baissa pour regarder la plaie sous le bandage de tissus. Elle saignait beaucoup et commençait à s'infecter car visiblement elle lui faisait vraiment mal au point qu'il pouvait à peine poser le pied à terre. Un peu honteux il regarda Sho sous son arbre avant de voir le banc le plus proche de lui où il était précédemment assis. Et il s'y dirigea en boitant péniblement. Il savait bien qu'il était ridicule mais il ne voulait pas s'approcher trop proche de se cinglé! Qui sais ce qu'il aurait pu lui faire!

De toute façon l'eau ne le dérangeait pas du tout, au contraire, et le banc était à l'abri du vent alors il n'y faisait pas si froid se disait il. Lorsqu'il fut assis sur le banc il jeta un coup d’œil en direction de Sho puis il détourna immédiatement le regard. Il resta assis un petit moment et il se sentait déjà partir. Il avait Neko contre lui alors il ne pouvait empêcher le sommeil dut à la fatigue le gagner peu à peu. Il ferma lentement les paupières sans vraiment résister. Mais il fut réveillé par une forte lumière en plein visage!

Lorsqu'il ouvrit à peine les yeux il put distinguer deux silhouettes humaines tenant la lampe torche l'empêchant de bien voir. Des gardiens! Une grande crainte l'envahit. Non seulement ses hommes ne semblait guère sympathique mais en plus s'il l'arrêtait pour être resté ici après l'heure d'ouverture il pouvait être sur de finir ses jours en animalerie! Sans jamais se faire adopter!

Quand il se leva pour faire demi-tour les gardes avaient déjà commencé à courir vers lui! Il n'eut même pas le temps de faire quelque pas lorsqu'ils le plaquèrent au sol. Euryale s'écroula, écrasé par l'un des deux hommes il poussa un cri de douleur puis le deuxième le releva en le soulevant par le bras. Gorgo encore un peu sonné ne tenait plus l'animal en peluche sous son manteau et le laissa tomber par terre dans la boue et bientôt la pluie vint le tremper lui donnant une couleur brunâtre.

Gorgo ouvrit grand les yeux puis il se mit à se débattre violemment pour essayer de tendre le bras pour la récupérer. L'un des deux gardes récupéra la peluche affreusement sale à présent et les deux se mirent à rire en coeur. Apparemment il n'avait pas vu Sho sous l'arbre...ou alors il y en avait un troisième que Gorgo n'avait pas remarqué. Il commença a agiter les bras en direction de Neko pour le reprendre des bras du golem en face de lui mais en vain! Il ne réussissait pas à se dégager des bras du second!Alors que la pluie masquait ses larmes Gorgo lui continuait de les supplier de lui la peluche et de le laisser partir sans succès. La seul chose qu'il réussit à avoir fut un violant coup de poing dans le visage de la part d'un des deux qui le sonna à moitié et fit saigner sa lèvre inférieur.

"Les hybrides ne devraient pas se balader si tard...Il ne devrait pas se balader tout cour! On va prévenir la fourrière à hybride, mais avant on va se défouler un peu! Ils nous en voudront pas si tu arrive un peu amoché à l'animalerie!"


Alors que l'un le frappait l'autre le tenait fermement, lui empêchant tout geste. Alors qu'il souffrait sans pouvoir rien faire il put uniquement jeter un dernier regard à Neko lançait au sol par le garde et qui prenait l'eau dans une flaque...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Comment une balade peut-elle virée en dépression? [Euryale][Terminé]   Sam 23 Mar - 11:32

L'hybride semblait quelque peut mal luner, ou bien c'était moi qui l'était peut-être. Le temps n'était pas avec nous, me diriez-vous. Soupirant lacement de cette agressivité passagère, je fermais les yeux et me laissait aller à une petite sieste, qui ne dura pas, évidemment. Les gémissements de la chose me réveillaient soudain. La scène qui avait devait moi me rendait nauséeux. Pendant un instant, je me suis demandé pourquoi je n'avais pas entendu tout cela plus tôt. Ces deux hommes, depuis quand était-il là ? Je ne les avais vraiment pas vu ni remarquer entrer ou même marcher. J'étais si fatigué à ce point de ma journée. C'était à me demander si je ne rêvais pas. Pourtant, c'était bien le cas. L'hybride de ma maitresse était entrain de se faire martyriser devant moi. Par habitude, je me serais rendormi. Mais même moi je n'étais pas aussi violent de nature, au fond. Je me leva péniblement et décida d'intervenir, contre ma volonté. Péniblement, je me dirigea vers les hommes qui frappait l'hybride sans qu'il ne me bronchait. Pourquoi ne se défendait-il pas? Il n'avait pas la capacité de le faire où bien on lui avait tellement inculquer de ne pas le faire face à des humains.

- Que faites-vous avec mon hybride, messieurs?

Je restais sous la pluie, cheveux trempés même tout le corps trempé de la tête au pied, face à eux. Les mains sur les hanches, ils arrêtèrent de frapper la pauvre chose et la lâchèrent même. Ils semblaient aussi étonné que moi de la situation. Ne s'attendait-il pas à ce qu'un humain soit là pour leurs faire la morale ou simplement car il maltraitait un animal. Même si c'était plus ou moins autorisé, du moins, je ne me souvenais plus vraiment si on avait le droit de le faire publiquement où non. C'était encore vague. Quoi qu'il en soit, je poussais les deux hommes encore bouche bées pour ramassé la peluche toute bouseuse et de la tendre à l'hybride.

- On la nettoiera, une fois à la maison.

Lui dis-je avec un clin d'oeil complice. Évidemment que je n'allais pas le ramener, manquerais plus que cela. J'avais surtout peur de la réaction de ma patronne si je lui avait dis que j'avais laissé son hybride se faire tuer. Je retournais donc regarder les deux hommes qui finirent par m'adresser la parole.

- Vous n'avez rien à faire dans ce parc en pleine nuit et...


- Je le sais.

Je leur avait coupé la parole et pris l'hybride par la main en me dirigeant vers la sortie d'un pas plutôt presser. Pour une fois, j'avais décidé de ne pas m'attarder dans la conversation et une porte de sortie s'ouvrait à moi. Je laissais donc derrière moi les deux individus pénaux et parti vers la grille, d'un pas encore plus rapide. Une fois la grille passée, je souffla fort et lâcha la chose.

- Rentre chez toi maintenant, on est quitte.


J'avais l'impression de lui devoir quelque chose depuis 'incident du verre près de la marre. Il était tard et j'étais fatigué. Il valait mieux partir avant que les choses ne s'aggrave plus et que les gardes ne rapplique et ne comprenne qu'on les avait dupés. J'allais partir en oubliant quelque chose.

- Tu t'appelles comment, déjà ?

J'avais une courte mémoire. Peut-être même qui ne me l'avait jamais dis. On ne sait jamais, j'aurais l'occasion de le recroiser. S'il avait un nom, autant qu'il me le dise. Ensuite, je partirais.
Revenir en haut Aller en bas
Euryale Gorgo
avatar


Messages : 86
Date d'inscription : 16/01/2013
Age : 22
Phrase du jour : (Ô^\\\)~snif...

Feuille de personnage
Maître/Hybride de: Personne!!
Côté coeur: Peut-être qui sait...un beau chevalier!
La rumeur:

MessageSujet: Re: Comment une balade peut-elle virée en dépression? [Euryale][Terminé]   Mer 3 Avr - 18:26

Non, ce n'était pas juste. Mais à Kichi ce genre de scène est courante, surtout la nuit. Deux hommes qui frappent un seul hybride faible, c'est normal ici.

Alors qu'il perdait tout espoir de revenir entier au laboratoire, Euryale entendit la voie de son sauveur...Sho? De toute les fins possibles à cette histoire jamais Gorgo n'avait imaginée celle-ci! L'humain qui lui faisait si peur prenait sa défense? Il sentait qu'on le lâchait progressivement puis lorsqu'il releva la tête il vit le visage de Neko. Il poussa un petit cri de joie et il le serra à nouveau dans ses bras.

Il était tellement heureux qu'au finale cela se termine ainsi qu'il ne réfléchissait plus vraiment, il sentit juste l'autre lui prendre la main. Gorgo sursauta mais il n'avait pas le courage de se débattre surtout qu'il comprenait bien l'intension de Sho. Ce faire passer pour son maitre le temps de sortir.

Pendant qu'il se dirigeait à l'extérieur du parc silencieusement, Il mit sa main sur les endroits douloureux de son visage. Il saignait à la lèvre et il commençait à sentir sa paupière prendre du volume douloureusement. La pluie sur son visage lui faisait du bien, elle tombait continuellement depuis un bon moment déjà et ne semblait pas se calmer. Lui il se sentait bien mais qu'en était-il de l'autre?

Ils se stoppèrent enfin un peu après le portail et l'humain lâcha sa main. Il leva la tête vers lui. Ils étaient quitte? Euryale n'avait pas cette impression. Il avait surtout le sentiment qu'il lui avait sauvé la mise toute la soirée. Avec le morceau de verre brisé qu'il lui avait retiré du pied ou les deux agresseur qu'il avait fait déguerpir.

Il lui demanda son nom. Euryale le fixa un instant le visage ruisselant. Lui il savait bien son nom, Sho Lowell. Mais lui il ne l'avait pas remarqué voir même zappé de sa mémoire, mais bon.

"Euryale, mon nom c'est Euryale Gorgo, comme la Gorgone! Rappelle-t-en,Sho Lowell! Parce qu'on est pas quitte du tout! Je te doit encore quelque chose! Alors on se reverra!"


Il recula de deux ou trois pas en prenant soin de ne pas s'appuyer sur son pied meurtrie et juste avant de se retirer il lui dit une dernière chose. Quelque chose avec laquelle il doutait depuis le début. Il ne savait pas vraiment si c'était lui, sur les photos du dossier n°509 lorsque son père étudiait sur l'hybride au long cheveux noirs.

"LadyBird...tu la connais? Tout ce que j'ai le droit de te dire c'est quelle va bien... Aurevoir Sho... Je lui passerais le bonsoir de ta part."


A ces mots il disparut dans l'obscurité la plus totale, afin de retrouver l'enfer de Kichi Town.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comment une balade peut-elle virée en dépression? [Euryale][Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Comment une balade peut-elle virée en dépression? [Euryale][Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» "La Prison peut-elle changer un homme ?"
» Une SCI peut-elle être locataire d'un bien dont elle n'est pas propriétaire?
» La collaboratrice peut-elle travailler plus que la titulaire?
» Comment intervenir ?
» La labradorite peut elle faire l'effet inverse?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: RPS FINIS-